Accueil Ford Mustang VI (2015 - ) Concentré sur son Téléphone, il Perd le Contrôle de sa Mustang et Termine à L’intérieur d’une Habitation

Concentré sur son Téléphone, il Perd le Contrôle de sa Mustang et Termine à L’intérieur d’une Habitation

par Fabrice
HiX Æ A-12wgg

SAN FRANCISCO, Californie (États-Unis) – Nous ne le répéterons jamais assez : Téléphoner ou conduire, il faut choisir ! Le propriétaire de cette Ford Mustang GT de sixième génération vient d’en faire l’amère expérience.

Selon plusieurs témoins, le conducteur était concentré sur son téléphone mobile lorsqu’il est arrivé au niveau d’une intersection située dans le quartier résidentiel de North of the Panhandle.

Ne marquant pas l’arrêt au niveau du panneau stop, il manque alors de percuter un autre véhicule arrivant en sens inverse. Pour l’éviter, la voiture est parti en embardée et a fini sa course à l’intérieur d’une maison située sur l’intersection.

La scène de l’accident est impressionnante mais fort heureusement, aucune victime n’est à déplorer. Le bilan aurait toutefois pu être dramatique, notamment si un piéton se serait trouvé sur le trottoir au moment du drame ou à l’intérieur de la maison.


RAPPEL

Chez nous en France, l’usage du téléphone au volant est une infraction passible d’une amende de 135 euros et d’un retrait de 3 points sur le permis de conduire. Il est important de rappeler que l’utilisation du téléphone au volant est la quatrième cause de mortalité routière après la vitesse, l’alcool et la fatigue.

Pour lutter contre ce fléau, le décret n°2020-605 publié le 18 mai dernier permet désormais aux forces de l’ordre de procéder à la suspension immédiate du permis de conduire en cas infraction routière commise par un conducteur alors qu’il utilise son téléphone mobile. Parmi les infractions concernées : les excès de vitesse, le non-respect d’un stop, le refus de priorité à un piéton, le chevauchement d’une ligne continue ou même, non-respect des distances de sécurité ou encore le défaut de clignotant.

La durée de rétention du permis de conduire est au minimum de 72 heures, et peut être prolongée sur décision du préfet durant six mois, voire un an, en cas de circonstance aggravante (conduite en état d’ivresse, sous l’emprise de stupéfiants ou en cas d’accident).

Soyez vigilants !

0 commentaire

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire

223 Partages
Email
Tweetez
Partagez
Partagez223
WhatsApp